Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Periberry

Ethnologie, Berry, Périgord, Auvergne, Bergerac, Dordogne, Loire, tradition orale, mémoire paysanne, recherche sur le paysage, randonnées pédestres en Auvergne et Pyrénées, contes et légendes, Histoire.

Christian Pirot est mort

Un défenseur des livres.- Christian Pirot est mort mardi matin, 26 octobre, des suites d’une opération médicale. C’était un berrichon natif de Chassignolles, petit village du bas-Berry, pas loin de la Châtre, où il était resté enracinée de coeur. Christian Pirot avait fait du livre la passion de sa vie, lui qui avait été formé dans une famille d’instituteurs de l’école publique laïque de l’Indre. Cette passion du livre l’avait conduit à choisir le métier d’éditeur pour lequel il avait une haute exigence. Il avait créé la maison d’édition  éponyme. À son catalogue qui jouait entre auteurs d’hier à rééditer et auteurs d’aujourd’hui, écrivains et chanteurs,  on trouve un monde pluriel fait de Maurice Genevoix, Bernard Lavilliers, George Sand, Eugène Bizeau, Jacques Lacarrière, etc. Éditeur ligérien, il s’était installé à Saint-Cyr-sur-Loire (Indre-et-Loire), il avait façonné un catalogue fait de ses coups de cœur, passions et flirts littéraires. Il a publié dans des directions multiples, mais avait-il coutume de dire, « seulement les gens que j’aime bien », écartant tous les choix commerciaux et donc toutes les compromissions. Avec sa bonhomie, son humour et un rien de timidité, on le rencontrait dans quelques salons littéraires, là aussi choisis parce que porteurs de sens. C’est ainsi qu’il était un fidèle du salon de Gargilesse parce que probablement une des terres de George Sand et du salon Étonnants Voyageurs de Saint-Malo, parce que là-bas on ne fait pas que vendre des livres, mais on en parle bien. C’est là, sous la lumière océane que je l’ai rencontré il y a quelques mois pour la dernière fois.

Ancien professeur, homme de la découverte des pépites de l’écrit, il avait ouvert son catalogue certes à la littérature, mais aussi au cinéma, à la mémoire des écrivains (c’était un amoureux de Balzac et de Colette), à la chanson française (Barbara, Léni Escudéro), à l’aventure. Son compagnonnage avec Jacques Lacarrière sera un vrai passeport de découverte d’une écriture des chemins, de la spiritualité, de la mémoire.

Il avait beaucoup travaillé sur les maisons d'écrivains en développant une riche collections d'ouvrages sur ce thème comme Chez Zola à Medan, Sur les Chemins du Grand Meaulnes, Rabelais la Devinière ou la hâvre perdu, Balzac Saché son refuge, Alexandre Vialatte de la maison d'enfance à la maison d'en face, Maurice Genevoix la maison de mon père, Montesquieu hôte fugitif de la Brède, etc.

Elle a elle-même envoyé le mes Amoureux du fleuve royal, des coteaux tourangeaults, fin connaisseur des vins de Loire, Christian Pirot était à tous égards un épicurien de la vie et de l’esprit. Il avait récemment réédité La petite Fadette  de George Sand avec une préface d’Évelyne Bloch-Dano, elle-même biographe de Sand.Elle a adressé le message suivantt pour rendre hommage au disparu:

 

" L’éditeur Christian Pirot est mort mardi 26 octobre 2010. Son nom ne courait pas les gazettes parisiennes mais pour tous ceux qui ont travaillé avec lui, qui l’ont connu et aimé, il était synonyme d’intégrité morale et de passion éditoriale. Originaire du Berry, il s’était installé à St Cyr sur Loire, près de Tours et avait choisi l’édition après une carrière de professeur d’économie. Il publiait les livres et les auteurs qu’il aimait. Chaleureux et bougon, tendre et moqueur, généreux et libertaire, il ne se laissait pas dicter ses choix par les modes mais par un goût authentique des mots et des paysages, des êtres et du patrimoine vivant, de George Sand ou Balzac aux paysages de la Loire et de la Creuse. Il avait créé la collection Maison d’écrivain, unique en son genre : Jacques Lacarrière, Diane de Margerie, Jean-Marie Laclavetine, Sylvie Germain, Sylvie Genevoix et bien d’autres, nous sommes nombreux à avoir pu rêver en toute liberté dans ses pages... De Brigitte Fontaine à Bernard Lavilliers, de Bobby Lapointe à Miossec, il avait publié des textes de chanson, mais aussi les souvenirs de Jacques Deray ou de Jean-Pierre Mocky. Son éclectisme rimait avec épicurisme. Avec Christian Pirot, les auteurs perdent un éditeur, un ami, un compagnon de vie."

 

Les obsèques de Christian Pirot ont eu lieu le 29 octobre, à Tours.


 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos


Voir le profil de Bernard Stéphan sur le portail Overblog

Commenter cet article