Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bergerac: 7/ Bergerac pas à pas (Suite...)

par Bernard Stéphan 4 Septembre 2018, 10:32 Histoire, mémoire vivante

Mots d'Oc/ Villes d'Oc / Bergerac pas à pas (Suite) (7).- Nous poursuivons notre découverte de Bergerac, ville occitane, pas à pas. Dans notre étape précédente nous nous étions arrêtés devant les façades à colombages de la place de la Mirpe. Ces fameux embans pour dire colombages en occitan.

On passera part l'Hôtel de Ville. Ce vaste bâtiment, rue Neuve d'Argenson, est l'ancien hôpital des Dames de la Foi, un édifice dont la partie la plus ancienne est du XVIè siècle et le reste du XIXè. En empruntant la rue des Fontaines la bien nommée, vous passerez par la Fontaine de Fonpeyre (en haut de la rue) et la Fontaine des Mazeaux (en bas de la rue). Le toponyme Fontpeyre est composé de l'occitan Font (languedocien) que l’on retrouve avec fount en limousin et peyre (de l'occitan Peire, qui est la patronyme Pierre). C’est dont la fontaine dédiée à Pierre. Fonpeyre dit-on « pissa du vin » pour la venue du roi Charles IX en 1565. Quand à la fontaine des Mazeaux, elle est appuyée sur le mur de la Maison Doublet, bâtisse du XVè siècle, dans laquelle se déroula un événement en mai 1577, en pleine guerres de religions, les négociateurs de la fameuse et future Paix de Bergerac s'y réunirent pour négocier.

En remontant vers Saint-Jacques vous rejoindrez la place Pélissière et ensuite la petite Mission. Le toponyme Pellisière renvoie au mot occitan pelissiè qui prend la forme limousine de pélitié pour pelletier ou fourreur ou marchand de peau. Cette bâtisse du XVIIIè siècle fut petit séminaire et ensuite presbytère. Restaurée, son vaste cellier voûté abrite un petit musée fruit d'une récente donation. C'est le musée Costi. Là sont réunis une soixantaines de sculptures en bronze et plâtre, réalisées entre 1929 et 1973 par Constantin Papachristopoulos (Athènes 1906- Paris 2004), dit Costi. Cet élève de Bourdelle est un sculpteur figuratif de la 1ére moitié du XXe siècle. Ses créations montrent une grande sensibilité. Hélas ces dernières années ce petit musée a été très peu ouvert au public.

On remontera rue Sainte-Catherine jusqu'au n°39 pour une petite halte. Vous allez voir là la maison natale du philosophe Maine de Biran (1766-1824), la bâtisse est de style Restauration. Quant à Maine de Biran c'est un philosophe précurseur. Certains le voient comme un éclaireur de la psychanalyse quand d'autres évoquent un annonciateur de la phénoménologie.

Au titre des grandes figures, au bout de la place de la République le buste d'Albert Claveille. Symbole de la méritocratie républicaine, ministre des travaux publics en 1917, initiateur de la construction du barrage de Tuillières sur la Dordogne. Et toujours sur la place de la République, un petit muret appelé pointe de l'Eperon des Carmes daté du XVIè siècle ; un vestige de la place forte bastionnée des huguenots , sur la période 1577-1621. A proximité, dans la vieille ville, L'Hôtel du Docteur Daix où logea le roi Charles IX la nuit du 8 août 1565 et où logèrent pendant un siècle tous les grands personnages qui passèrent à Bergerac.

On termine la ballade par le jardin Perdoux dit aussi parc Jean-Jaurès sur les ancienne pépinières Perdoux. On y trouve une ancienne roseraie ainsi que des palmiers et le kiosque à musique qui fut réinstallé en 2 011.

Parmi les lieu-dits englobés dans la ville on trouve Campréal, les Bories, Clautre. Le premier renvoie au mot camp et reau pour champ rehaussé ou champ en hauteur. Le second est le mot occitan classique boria pour ferme bouvière, ferme de la plaine. Enfin le trosième Clautre, du latin claustral, enfermé. Peut-être une zone enclose dans des haies. Il existe une place de la Clautre pour place fermée à Périgueux.

*  Cette chronique est un rendez-vous hebdomadaire de RVB (Radio Vallée Bergerac) diffusé sur 96,3 MHZ à Bergerac et alentours durant la saison 2017-2018.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Haut de page