Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Dictons de juin

par Bernard Stéphan 30 Mai 2020, 11:26

En juin.-  En juin c'est bien le mois où toutes les récoltes se préparent. Ainsi les prairies avec ce dicton : « C’est le mois de juin/ Qui fait les foins » dit-on dans la Nièvre, mais on nuance ainsi en Bourbonnais :«Pluie de juin/ Fait belle avoine et maigre foin ».

On ne manquera pas ce mois-ci Pentecôte (le 31 mai et le lundi 1er juin) avec ce dicton du Val de Loire: « Pluie à la Pentecôte/ Beau temps à la Trinité (7 juin) ». Mais attention, s'il pleut à la Trinité, un présage du Limousin veut que la pluie tombe six semaines durant.

Et attention le 8 juin avec un grand saint agraire traditionnel, saint Médard. Certes on sait que « S’il pleut à Saint-Médard/ Il pleut quarante jours plus tard ». C’est aussi mauvais pour les récoltes :«Lorsqu’il pleut pour la Saint-Médard/ Il emporte le tiers ou le quart ». Et on ajoute même en Beauce :«Le temps à la moisson/ Comme à Saint-Médard nous l’avons ».

L’éphéméride nous renvoie à saint Barnabé (le 11). C’est dit-on, la date du début des fenaisons. « Pluie de Saint-Barnabé/ Diminue la récolte de moitié», dit un dicton du Limousin. Mais on croit aussi en Champagne berrichonne que « Blé fleuri à la Saint­-Barnabé / Abondance et qualité »

Et au milieu du mois on n'oubliera pas Gervais (le 19 juin) avec de nombreux dictons :«S’il pleut la veille de Saint-Gervais/ Pour les blés c’est un signe mauvais » et on dit aussi «Pluie veille de Saint-Gervais/ Pour le pain c'est mauvais ».

Et viendra le grand rendez-vous calendaire de saint Jean le 24. « Eau de saint Jean/ Peu de pain et peu de vin », dit un dicton du Bourbonnais. Et «Pluie de saint Jean/ Pluie pour longtemps», croit-on en Val de Loire. On se souvient que jadis on ramassait les herbes de la saint Jean (à l'aube) destinées aux aromates, tisanes et médications. « Les herbes de la Saint-Jean / Gardent leurs vertus tout l'an ». Dans le Périgord on ramassait cinq herbes, dans certains villages c’était vingt-quatre herbes. L’armoise figure toujours dans la collecte. Variante d’un terroir à l’autre, les herbes de la saint Jean sont en Périgord la camomille, le fenouil, le tilleul, l’armoise, le mille-pertuis, le bouillon blanc, l’oseille sauvage, l’arnica, etc. De toutes ces plantes ont faisait des bouquets que l’on enfumait à la chaleur du feu de la saint-Jean et que l’on suspendait dans les granges, les étables, les poulaillers, les clapiers, avec vertus sanitaires et prophylactiques. J’ai par ailleurs observé l’intégration du noyer dans ces plantes, ce n’est pas un herbe à proprement parlé, mais son usage est multiple.

Il arrivait que ces plantes, avec quelques fleurs, soient assemblées en croix  (photo ci-dessus). Ces croix de la  saint-Jean étaient bénites et fixées sur les portes.

Un autre dicton ajoutait en Périgord : « Avant la Saint-Jean pluie bénite/ Après la Saint-Jean pluie maudite. » Et attention au 29, car « Saint-Pierre pluvieux/ Annonce trente jours douteux. »

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Haut de page