Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sauvetat-du-Dropt

par Bernard Stéphan 18 Décembre 2017, 15:28 recherches sur le paysage

Mots d'Oc/ Villagfes d'Oc/ Sauvetat-du-Dropt.- Aujourd'hui nous passons en Lot-et-Garonne à deux pas de la Dordogne et de la Gironde, sur la rivière Dropt à La Sauvetat-du-Dropt. Ce vieux et beau village est à son origine une sauveté. Un lieu défensif, de sécurité, placé sous protection de l'église. Ces cités, les sauveterres, étaient appelées selon les zones occitanes salveta, salbeta, sauveta ou salvatera.

Le bourg de La Sauvetat-du-Dropt, construit sur la rive droite de la rivière, dont une partie du cours fait la frontière entre le Périgord et l'Agenais, garde un beau patrimoine. Ainsi ce pont médiéval qu'on désigne ici sous l'appellation de « vieux pont » ou de « pont romain ». C'est un pont des XIIè et XIIIè siècle qui a la particularité d'avoir onze arches de style roman et douze de style gothique. En occitan le mot pont garde la même graphie qu'en français il se prononce poun en Périgord méridional, pount en limousin, pouen en auvergnat.

A proximité de l'ouvrage se dresse la vieille croix du pont qui a marqué un itinéraire pour Saint-Jacques de Compostelle.

Dans le village on trouve quelques maisons à pans de bois, typiques du haut-agenais et du pays d'Eymet en Périgord, magnifiquement restaurées. Un mot gascon désigne les pans de bois, c'est emban. En languedocien dans certains terroirs on emploie le mot garlandagi ou garlando qui devient garlandage en français régional. Une autre région du Périgord a utilisé les colombages dans le bâti paysan, c'est la Double. Ces colombages sont appelés colombras (couloumbras) que l'on retrouve en français régional avec colombres.

A proximité du village, un exceptionnel pigeonnier sur poteaux repose sur neuf colonnes, c'est un ouvrage rare. Le pigeonnier est lo hua en gascon, lou pijounier en Périgord, lou couloumbier dans le toulousain.

La rivière Dropt qui prend sa source à Capdrot, à la fontaine de Bonnefon, fut longtemps frontière, ce que l'historien Charles Higounet appelait une « frontière de tension » avec de part et d'autre de cette ligne naturelle des bastides françaises (Castillonès, Villeréal) et anglaises avec Eymet, Moségur, Monpazier.

Le toponyme La Sauvetat-du-Dropt renvoie à son origine de lieu défensif placée sous la protection ecclésiastique. Dans sa forme occitane il s'écrit Lo Salveta de Drò et se prononce lo salvèta dé drò.

* Cette chronique est un rendez-vous hebdomadaire de RVB (Radio Vallée Bergerac) diffusé sur 96,3 MHZ à Bergerac et alentours durant la saison 2017-2018.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Haut de page