Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Periberry

Ethnologie, Berry, Périgord, Auvergne, Bergerac, Dordogne, Loire, tradition orale, mémoire paysanne, recherche sur le paysage, randonnées pédestres en Auvergne et Pyrénées, contes et légendes, Histoire.

Mot retrouvé... Gueille de bonde

Gueille de bonde.- C'est une expression qui vient du vocabulaire viticole. Gueille de bonde qui renvoie au parler bordeluche dans la tradition bordelaise et par emprunt à celui de la basse et moyenne vallée de la Dordogne.

On trouve une origine du mot avec l’occitan gelho. A l’origine la gueille est un morceau de toile de jute récupéré. Par extension c’est devenu un chiffon. C’est le morceau de tissu que l’on place entre l’orifice de la barrique et la bonde. Ce tissu devait faire joint au sens où il devait assurer une parfaite étanchéité.

Gueille de bonde s’emploie dans plusieurs autres acceptions. Si vous dite à votre voisin qu’il est une gueille de bonde; la déduction est facile. A la manière du tissu, votre voisin s’imbibe complètement et plus que de raison avec le contenu de la dive bouteille. Mais si vous faites une randonnée sous la pluie, lorsque vous rentrerez vous pourrez dire que vous êtes comme une gueille de bonde. Chacun aura compris que vous êtes bien mouillé. On trouve aussi deux autres formules pour signifier que quelqu’un est ivre, c’est avoir les jambes en gueille de bonde ou le nez de même.

P1000267

Mais le mot gueille, employé seul, s’applique pour désigner la serpillière. Passez la gueille c’est passer la serpillière.

Dans une acception péjorative une gueille désigne un vieux vêtement. « Il est habillé de gueilles.»

L’expression gueille de bonde est typiquement bordelaise et elle a était rapportée dans la vallée de la Dordogne, probablement par les gabariers qui faisaient chargement de barriques et se sont eux-mêmes imbibés du vocabulaire des chais du bordelais et de celui des quais de Garonne.

couv-perigord

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos


Voir le profil de Bernard Stéphan sur le portail Overblog

Commenter cet article