Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Periberry

Ethnologie, Berry, Périgord, Auvergne, Bergerac, Dordogne, Loire, tradition orale, mémoire paysanne, recherche sur le paysage, randonnées pédestres en Auvergne et Pyrénées, contes et légendes, Histoire.

C'était la Française

Carnet de mai

Le livre Ma Française.- Avec son livre Ma Française (Éditions de La Bouinotte), Rémy Beurion rend hommage à la mémoire d’un monde dont on parle de moins en moins, celui des ouvriers. La Société Française de Vierzon venait de loin. Des ateliers du machinisme agricole qui ont marqué la modernisation des campagnes françaises jusqu’à Case, la dernière activité, fabrique de tracto-pelles. À Vierzon on a la généalogie dans les ateliers. Soit vous descendez d’un cheminot, soit vous descendez d’un ouvrier de La Française. Le plus emblématique et mémorial de cette Française, c’est le tracteur Société Française, le SF, bleu ou vert, tracteur deux temps, qui a marqué les mémoires paysannes. Ma Française est d’abord un hommage au travail et surtout à tous ceux qui l’ont perdu. Et il renvoie à la mémoire d’une ville qui s’est construite sur ses usines, ses fabriques, ses machines, ses organisations ouvrières, ses rapports sociaux. L’auteur évoque les temps de la fermeture, les dernières luttes, le dernier jour, le dernier couloir, la dernière machine. Jusqu’au Berry républicain qui avait publié sur deux pages, en 1975, la photo des cent trente-trois derniers casistes. On trouve quelques documents rares comme cette lettre en langage chatié s’il en est pour dire à chacun que tous seront virés ! C’était le 29 mars 1994. Et il y a les photos. Celles de Yannick Pirot. Des gueules fortes, des gestes renvoyant aux ateliers, des bâtiments, des ruines, des structures d’aujourd’hui quand il ne reste que le squelette de ce que furent ces lieux. Car c’est bien à un inventaire dans la carcasse de l’usine que l’on nous conduit. Pour raconter et saisir. Ce monde qui est parti, avec lui la chair des hommes, bref la vie quoi…

Relecture d'Henri de Régnier.- C'est une réédition chez Buchet Chastel avec Escales en Méditerranée d'Henri de Régnier. Très beauy texte introductif titré"De la maison où je suis né". Un texte quelquesfois aux franges du ton romantique et un vraie restitution de l'esprit du lieu. Et de belles description de monuments du sud. Comme cette esquisse de l'abbaye de Montmajour: " Un vent furieux, dans un ciel de soleil, bat les murailles jaunes de pierre surdorée."quelques kilomètres d'autres moulins, ceux de Boisse qui coiffent une colline tout au sud du département de la Dordogne. Je cherche toujours des témoignages sur les usages des moulins... et sur la fête des meuniers, ce qu'on appelait la fête des fouets, qui est décrite dans le Moulin du Frau, le roman d'Eugène Le Roy et qui marquait dit-on des rassemblements festifs de meuniers à Pentecôte.

**************************

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos


Voir le profil de Bernard Stéphan sur le portail Overblog

Commenter cet article