Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Periberry

Ethnologie, Berry, Périgord, Auvergne, Bergerac, Dordogne, Loire, tradition orale, mémoire paysanne, recherche sur le paysage, randonnées pédestres en Auvergne et Pyrénées, contes et légendes, Histoire.

Les deux jeux de rampeau

Témoignage du Pays Beaumontois.- J'ai reçu un courriel dont je livre le témoignage essentiel sur le jeu de rampeau. (Lire par ailleurs la note en ligne sur ce blog datée d'août qui lançait un appel pour éclairer le jeu de rampeau).

D’après le témoignage de G. ancien joueur  de Beaumont du Périgord on  joue encore à St Avit Sénieur.

Il existait deux sortes de jeux de rampeau:

 1.- Le premier sur un terrain ensablé plus ou moins plat, 3 quilles de 30cm placées à 30 40cm l’une de l’autre,  la première et la troisième ayant une position prédéfinie, celle du milieu était décalée de son épaisseur par rapport aux deux autres.. Boule en buis de 15cm de diamètre.

Avec une pelle chacun pouvait faire un petit talus pour guider la boule !

Il se jouait surtout vers Sarlat

 2.-Le 2ème se joue sur un terrain composé d’une planche de deux mètres de long prolongée d’un léger fossé de 50 à 70 cm de large en légère pente montante à partir du tireur. On utilise trois quilles 12 à 15 cm de haut.

Disposées comme dans le 1er jeu, à dix ou  douze mètres du tireur à l'extrémité de la piste.

Un boulet en fer (plus lourd qu’une boule actuelle de pétanque) est utilisé pour tirer. Le joueur se place au bout de la planche, lance sa boule de façon à ce que celle-ci tombe à l’extrémité de la planche et prenne ainsi appui sur la planche qui  a un rôle de ressort.

Dans les deux  cas c’est un jeu organisé où officient un caissier pour les mises et un quilleur qui place les quilles. Ils recevaient 10% de la mise.

Après les mises (1 franc en 1970, 1€ actuellement), le quilleur appelle les joueurs à leur tour. Chaque lanceur tire deux fois.

Le tireur qui a renversé par exemple 3 quilles puis deux quilles peut dire « Rampeau » c'est-à-dire qu’il arrête la partie et si personne fait mieux, remporte la mise. Si un autre renverse cinq quilles, il y a « Rampeau » (nul). Ceux qui veulent continuer la partie doivent miser la moitié de la totalité de la mise. Ceux qui ont doublé la mise tirent les premiers.

En 1970-1975, G. a gagné ainsi 3200F sur une partie. Une fois, Il a aussi perdu la valeur se son salaire !  Certaines parties  voyaient leur mise monter à plus de 10.000 francs !

Ces jeux se pratiquaient et se pratiquent encore quelques fois lors des fêtes de village. Le matin il pouvait y avoir un concours doté de prix dont l'appéritif et l’après midi, des jeux avec des mises d'argent.

 

**********************************************

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos


Voir le profil de Bernard Stéphan sur le portail Overblog

Commenter cet article