Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Periberry

Ethnologie, Berry, Périgord, Auvergne, Bergerac, Dordogne, Loire, tradition orale, mémoire paysanne, recherche sur le paysage, randonnées pédestres en Auvergne et Pyrénées, contes et légendes, Histoire.


Monségur

Publié par Bernard Stéphan sur 13 Septembre 2018, 10:26am

Catégories : #Histoire, mémoire vivante

Sous les cornières de la place centrale de la bastide. Ici on appelle ces couverts les aubans. (Ph. BS)

Villages d'Oc/ Mots d'Oc/ Monségur.- Nous sommes en Gironde dans l'Entre-deux-Mers, dans un terroir dit de la Gavacherie parce que jadis, des colons arrivèrent de Saintonge notamment pour mettre en culture un terroir abandonné. On parlait de « gavaches » pour désigner l'étranger, celui qui venait d'ailleurs. Les gascons des Landes désignaient ainsi les espagnols. (De l'occitan gavach avec sa variante limousine gabach ou gabacho. On dit gavai ou gabai dans le parle bordelais). Il suffisait de passer la colline ou la vallée pour être un gavach. Cette « gavacherie »  de Monségur eut longtemps une particularité. Ce fut une enclave de langue d'oïl où on parlait le saintongeais en plein pays d'oc.

La cité est une bastide anglaise fondée en 1265, elle en a le plan quadrillé avec sa place centrale avec galerie couverte qui en fait le tour.

Pour mémoire nous avons déjà rencontré les bastides et leurs galeries appelées cornières en Périgord et qui prennent ici le nom d'aubans.

Vers le parvis de l'église du XIIIè siècle. (Ph.BS)

A noter que l'église gothique a été édifiée au XIIIè siècle, elle est contemporaine de la fondation de la cité. Ici comme dans toutes les bastides on trouve des rues étroites que l'on désigne du mot local de ruet qui prend la forme de ruello en gascon et rudello en limousin pour ruelle étroite. On a déjà rencontré ces étroits passages qu'on avait appelé carreyrous dans les bastides de Beaumont-du-Périgord et de Monpazier.

Dans un ruet typique de la bastide. (Ph. BS)

Parmi les éléments architecturaux remarquables, outre la place, les ruets, on verra de belles maisons à colombages, la tour dite du Gouverneur et bien sûr, au centre de la place la halle. Celle-ci est ultérieure à l'architecture dominante, construite au XIXè siècle, elle est un bel exemple de l'usage combiné de la fonte et du verre. C'est une halle dans l'esprit des pavillons de commerce du XIXè usant des nouveaux matériaux et notamment de l'architecture métallique.

La halle métallique du marché sur la place centrale. (Ph.BS)

Parmi quelques toponymes de lieux-dits de la commune on retient Lagua de l'occitan aigo pour eau, Le Sorbey de l'occitan suorbuo pour sorbier ou cormier, Ruet du Soleil pour la ruelle étroite mais sans doute promettant le soleil..

Colonnade le long du couvert autour de la place centrale. (Ph.BS)

La cité de Monségur a changé de nom pendant la Révolution en 1792 pour s'appeler quelque temps « La Montagne Impérissable ». Le toponyme Monségur est composé de deux mots occitans que l'on trouve dans le dialecte gascon, Mon et Ségur pour la colline et le lieu sûr, le lieu de sûreté.  Il est vrai que la topographie confirme le toponyme, la bastide est construite sur une colline qui domine la vallée du Dropt. Dans son acception occitane il s'écrit Montsegur et se prononce Moun'Schegur.

*  Cette chronique est un rendez-vous hebdomadaire de RVB (Radio Vallée Bergerac) diffusé sur 96,3 MHZ à Bergerac et alentours durant la saison 2017-2018.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents