Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bergerac: 3 / Vin et vinée

par Bernard Stéphan 6 Août 2018, 07:23 Histoire, mémoire vivante

 

Mots d'Oc, ville d'Oc: Bergerac (3).- Nous sommes toujours à Bergerac, ville occitane. Aujourd'hui nous allons évoquer la ville du vin. Lorsqu'on pénètre dans la vieille ville, après avoir franchi par le vieux pont l'ancienne porte qui jadis était encadrée de deux puissantes tours, le pas va vous conduire place du Docteur-Cayla à la Maison des Vins qui est un ensemble bâti au XVIIè siècle et dont le point d'orgue est le fameux cloître des récollets en briques rouges et bois.

Un aperçu du cloître des Récollets, élément architectural typique de la maison des vins. (Ph.BS)

Le caveau de la vinée, le cloître, la vinothèque sont trois espaces qui vous projettent dans le paysage viticole du bergeracois et dans l'histoire économique de la ville.

Le bâtiment typique du XVIIè siècle a illustré une forme d'expression de contre-réforme puisqu'il s'agissait pour la monarchie d'installer au cœur de la ville, au centre de la place forte protestante, l'ordre monastique des franciscains, pour y ramener le culte catholique. Le paradoxe c'est qu'après la confiscation du lieu au moment de la Révolution, les protestants privés de lieu de culte prirent la chapelle et en firent leur Temple. On notera qu'outre cette architecture d'une rare originalité, le patio est enrichi d'un arbre remarquable, un paulownia aux fleurs bleues odorantes.

Incontestablement ce passage dans le cloître des Récollets renvoie au vocabulaire du vin si prégnant dans cette ville. Le simple mot chabrol peut l'introduire, cette rasade de vin dans l'assiette pour finir le bouillon de la soupe, est typique des repas paysans d'antan. Le périgourdin fau chabrou ou chobrou et le limousin fau chabrot. Dans les caves on mettait le vin en barriques, les Bordelaise, d'une capacité de 225 litres (50 gallons à la demande des anglais qui achetaient les vins du Bordelais et du Bergeracois depuis le mariage d'Aliénor d'Aquitaine avec le Comte d'Anjou Henri de Plantagenêt. A partir du 16 janvier 1255 l'Angleterre devint le 1er débouché des vins de Bergerac). Pour fixer une règle, en janvier 1609 quatre verges de fer et deux cercles de barriques furent scellés au mur de la maison de ville pour devenir les règles officielles et incontestables pour servir de modèles à la construction des barriques.

Dans les caves ces barriques étaient posées sur les traines (de l’occitan traîna) sorte de calles en bois, elles étaient roulées sur le port de Cadouin et embarquées sur les gabarres de la Dordogne. Et si leur contenu était vendu dans les débits de la ville, ces barriques étaient frappés des Pougèses, taxe sur chaque barrique de vin vendue au détail en taverne, (de l'occitan pougès, petite monnaie. On trouvait au Moyen-Age dans certaines villes le denier pougès qui est une monnaie urbaine).

Sur le Port de Cadouin, prêtes à l'embarquement sur les gabarres, étaient rassemblées les barriques des vins de Bergerac. (Ph. BS)

Parmi les mots occitans typiques de la vigne en Bergeracois on a d'abord la vigna pour vigne. Si on vous parle d'une rasinièro il s’agit d’une vigne sauvage. Quant au cèpe c'est le même mot que la souche, uno cosso ou la cosse en français régional. Et si la grappe est la grapo, lorsqu'il s'agit d'un grappillon on dira un arlo avec le verbe arloutar pour grappiller. Au rang des travaux de la vigne, le verbe poudar s'entend pour tailler quant au poudaïre c'est bien sûr celui qui taille la vigne. Quant aux vendanges, le verbe vendanger est vindégnar et si vous pratiquez cette activité vous êtes un vindenaïré ou vindégnaïré.

*  Cette chronique est un rendez-vous hebdomadaire de RVB (Radio Vallée Bergerac) diffusé sur 96,3 MHZ à Bergerac et alentours durant la saison 2017-2018.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Haut de page