Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Savignac-Lédrier

par Bernard Stéphan 7 Décembre 2017, 08:40 Histoire, mémoire vivante

Le haut fourneau de Savignac-Lédrier. (Ph.BS)

Mots d'oc/ Villages d'oc: Savignac-Lédrier.- Nous voici aujourd'hui dans le Périgord Vert à Savignac-Lédrier. Là encore sur les gorges de l'Auvézère. C'est la forge de Savignac qui constitue l'élément majeur de la découverte de la commune.

Une vue des vastes bâtiments de la tréfilerie, en arrière-plan le haut fourneau. (Ph.BS)

Cette forge qui est un ensemble industriel symbole de l'activité des forges dans le Haut-Périgord au XIXè siècle, présente un paysage typique avec la forge, les fournaux construits au bord de la rivière, à proximité la maison d'accueil des ouvriers et de la maîtrise et à l'aplomb, sur la colline, le château renaissance, résidence du maître de forge désigné sous l'appellation « Château de La Forge ». La famille Combescot fut celle des derniers maîtres de forge.

Organisation type de l'espace du monde de la forge. au pied du coteau la longue maison abritant les dortoirs des jeunes ouvriers et l'appartement du contre-maître. Sur le coteau de château du maître de forge et de sa famille. (PH.BS)

La forge de Savignac-Lédrier fonctionnait au charbon de bois produit dans les forêts locales. Ce charbon était le fait de la corporation des charbonniers, les carbonniers, de l'occitan carbouniè qui prend la forme de charbounié en dialecte limousin et de carbouè en gascon. Il existe une forêt qui a le toponyme de Carbonniers, sur la commune de Bourniquel.

Les forges ont été les dernières à fonctionner en Périgord, elles ont été arrêtées en 1930. Mais la tréfilerie a produit des pointes jusqu'en 1975.

Sur la commune la géographie a été généreuse. Deux zones naturelles sont classées zones naturelles d'intérêt écologique, floristique et faunistique. Il s'agit des gorges de l'Auvézère et des gorges de la Haute-Loue.

Chute d'eau du bief de la forge sur la rivière Auvézère. (Ph.BS)

Dans ce coin du Haut-Périgord subsistent les Bonnes Fontaines ainsi qu'un culte souvent discret qui leur est rendu. Pas loin de la forge, la fontaine du Bon Saint-Mesmin pour favoriser les mariages. Le mot occitan font pour fontaine se prononce foun en sud Périgord, fount en limousin et houn en gascon. De nombreuses offrandes, simples morceaux de tissus, sont accrochées à des arbres ou à des piquets à proximité de la fontaine comme invocation et signature de celui qui est venu faire ses dévotions jusque là.

Ici beaucoup de sentiers de randonnées sur les rives de l'Auvèzère. On suit donc la ribe de l'occitan riba ou riva. On trouve le ribeirou dans certains coins d'Occitanie pour désigner celui qui vit près de la rivière. L'expression « se tirar de ribas » s'entend pour « se sortir d'un mauvais pas ».

Le toponyme Savignac-Lédrier pourrait venir du patronyme Savinus et de lédrier (couvert de lierre). Dans sa forme occitane il s'écrit SAVINHAC L’EDRIER et se prononce [ʂɒvi’ɲa] [ledri’je] (schovigna lédrié).

* Cette chronique est un rendez-vous hebdomadaire de RVB (Radio Vallée Bergerac) diffusé sur 96,3 MHZ à Bergerac et alentours durant la saison 2017-2018.

Pièces forgées à Savignac-Ladrier. Témoins d'un grands savoir-faire. (Ph.BS)

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Haut de page