Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Periberry

Ethnologie, Berry, Périgord, Auvergne, Bergerac, Dordogne, Loire, tradition orale, mémoire paysanne, recherche sur le paysage, randonnées pédestres en Auvergne et Pyrénées, contes et légendes, Histoire.

Beaumont-du-Périgord

Beaumont-du-Périgord
Beaumont-du-Périgord

La Porte de Luzier ouvrant le rempart vers l'ouest. (Ph. B.S.)

Mots d'oc, Villages d'oc/ Beaumont-du-Périgord.- Ce bourg est une bastide anglaise fondée en 1272. Bastide : de l'occitan bastido, ville nouvelle. On y trouve la racine du verbe bastir (batir) qui s'entend aussi pour les maisons rurales du midi, elles aussi bastides. Comme toutes les bastides construites sur un plan de rue coupées à angles droit et structurée à partir de la place centrale, un réseau de ruelles très étroites densifie le quadrillage. Ce sont les carreyrous, de l'occitan languedocien carriero, que l'on retrouve dans le dialecte limousin en charrierou et que l'on traduit souvent faussement par carrière au lieu de rue. Jadis entourée d'un rempart percé de seize portes, jusqu'au XVIIIè siècle, la bastide de Beaumont a gardé une porte remarquable, la porte de Luzier ou de Lusies ( dont le toponyme renvoie au verbe occitan luzir, luire. Était-ce la porte par laquelle entrait la lumière à l'heure du couchant, elle est orientée à l'ouest ?...)

Parmi les édifices remarquables, l'église de style gothique anglais à chevet plat, c'est un édifice fortifiée, flanquée de quatre tours défensives. A observer la frise historiée placée au-dessus du grand portail. Parmi les nombreux décors on y découvre une représentation surprenante de dromadaires, animal peu commun en Périgord. Sans doute parce que Saint-Front, un des saints patrons de l'église, alors apôtre du Périgord, aurait reçu secours d'une caravane de chameaux portant du ravitaillement, selon l'historien Pierre Pommarède dans son livre La saga de St Front. Récemment, sur la place centrale, a été reconstruite une halle pour redonner le cachet d'origine, la halle était le symbole du commerce, des transactions, et de la règle avec son coin des poids et mesures et le marché, c'est alors le coderc (de l'occitan couderc). On y pratique toujours de droit de place (l'eido) et il y a toujours de revendeurs, (les regratiers). Léo Testut qui était médecin et historien et qui a laissé de nombreux écrits sur la bastide, avait souvenir d'avoir vu l'ancienne halle encore debout, mais en ruine, en 1860. Et on y trouve toujours, donc, le marché du mardi dont la date est ancienne, puisque fixée ainsi dans la charte des libertés octroyée à la bastide par Edouard 1er, le 15 novembre 1286.

Le toponyme Beaumont-du-Périgord, prend la forme occitane de Bèlmont de Périgord et se prononce [bɛl’mũn] [deperi’gɔr] (belmoun de perigor).

* Cette chronique est un rendez-vous hebdomadaire de RVB (Radio Vallée Bergerac) diffusé sur 96,3 MHZ à Bergerac et alentours durant la saison 2017-2018.

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos


Voir le profil de Bernard Stéphan sur le portail Overblog

Commenter cet article