Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Periberry

Ethnologie, Berry, Périgord, Auvergne, Bergerac, Dordogne, Loire, tradition orale, mémoire paysanne, recherche sur le paysage, randonnées pédestres en Auvergne et Pyrénées, contes et légendes, Histoire.

Mot perdu... Peyroulier

LE CHAUDRONNIER AMBULANT.- Je vous renvoie à un toponyme, celui d’un hameau que vous rencontrez sur la route de Beaumont-du-Périgord à Monpazier au sud du département de la Dordogne. Pas bien loin de Rampieux . Dans ce hameau de bord de route s'est longtemps trouvé un restaurant. Ce hameau c’est Le Peyroulier. Et l’objet de cette chronique ce n’est pas de vous décrire ce hameau mais bien le nom commun peyroulier ici employé comme toponyme.

Peyroulier ou peyroullier, nom masculin, nous vient de l’occitan (languedocien) peyrouliè. On trouve dans le dialecte auvergnat la variante de peirolier. Chaudronnier, étameur, rétameur.

On retrouve dans ce mot la racine peyrol qui renvoie au chaudron mais aussi à peyrol ou peyrolle : les abreuvoirs en forme de vastes chaudrons.

Le peyroulier était le chaudronnier ambulant, plus justement le rétameur ambulant. On connait aussi ces ambulants sous le nom de mouronaïre (occitan auvergnat) ou pétassaïre (occitan périgourdin). La tournée annuelle du peyroulier occupait la morte saison, de Toussaint aux fêtes de mai.

Les peyrouliers étaient des migrants de l’intérieur. C’est-à-dire qu’ils venaient des pays hauts, du Cantal, du haut Aveyron, de la Haute Corrèze ou de la Creuse.

On connaît bien leur dénombrement grâce aux passeports d’ambulants délivrés par les sous-préfectures chaque année. Un exemple est connu pour l’arrondissement d’Aurillac dans le Cantal pour l’année 1815. Cette année-là; 2222 passeports furent délivrés par la préfecture d’Aurillac dont 646 à des peyrouliers.

De nombreux peyrouliers pratiquaient au moins quatre artisanats dans ou à la porte de leur roulotte :  le rémoulage, le sertissage,  la réparation des parapluies, l’étamage et le rétamage. Certains artisans ajoutait une cinquième corde à leur arc ; le racomodage de la faïence. On trouve également quelques variantes avec des peyrouliers qui pratiquaient aussi le métier de colporteurs. Dans son distionnaire Le Trésor du Félibrige, Frédéric Mistral évoque les peirouliers du Cantal qui descendent dans le Midi et vendent toiles et tissus d’Auvergne.

Une "peyrolle", vaste récipient en fonte dont l'usage est celui d'un collecteur d'eau de pluie et d'un abreuvoir. (Ph.B.S.)

Une "peyrolle", vaste récipient en fonte dont l'usage est celui d'un collecteur d'eau de pluie et d'un abreuvoir. (Ph.B.S.)

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos


Voir le profil de Bernard Stéphan sur le portail Overblog

Commenter cet article